A la suite du projet "Amarete" avec Adalid Cornejo et son frère Humberto des années 82-94, Solidarité Bolivie a assumé un nouveau projet intitulé "Vallées interandines" comprenant les secteurs d’Amarete, Charazani et Timusi. Le responsable de ce projet et partenaire a été principalement Paulino RASGUIDO. Le travail que nous avons soutenu a consisté alors, à Amarete et Charazani, en ateliers de formation et de capacitation avec une ouverture toute particulière à lamédecinenaturelle.ATimusinous avons surtout aidéàun travail d’adduction d’eau et d’irrigation. Ce projet s’est étendu de façon ponctuelle à une zone située entre Oruro et Cochabamba : Villa Caima, un "ayllu" particulièrement abandonné et isolé, et aussi à une zone des Yungas pour une occupation de terrains par des mineurs relocalisés de Milluni, en vue de production agricole.

     Avec Paulino nous nous sommes rencontrés 3 fois, j’ai partagé avec toute la famille ; les enfants désormais sont tous avec une profession, deux des garçons sont mariés, Paulino et Raquel sont donc grands parents de 3 petits-enfants. Paulino continue très en lien avec ATD quart monde de La Paz. Je vois défiler dans la maison des personnes qui ont été accompagnées dans les précédents projets, une habitation est libre pour les gens qui passent… 

     Ce qui m’a attiré l’attention c’est l’enthousiasme avec lequel Paolino parlait des gens qui ont été marqués par la formation et la capacitation à Amarete et qui maintenant ont des responsabilités politiques, ont été élus à différents niveaux  des assemblées territoriales. Nous avons beaucoup parlé de Villa Caima. Il semble que les aides et les attentions du gouvernement n’arrivent pas vers les plus pauvres, les plus isolés… Les responsables de cette communauté sont venus à plusieurs reprises demander de l’aide. Ils ont réussi à construire un centre pour se réunir et recevoir formation et capacitation. Ce centre n’est pas terminé, il y aurait à assurer des finitions pour qu’il soit praticable. Paolino m’a fait un appel du pied dans ce sens, coût de l’aide demandée : à peu près 4000  $. Le projet est à traduire et à regarder de près.

     Paolino et Raquel se souviennent de tous ceux et celles qui sont passés à la maison, qui ont coopéré aux différents projets et me prient de transmettre à tous un très grand bonjour.