Avec Freddy Cespedes nous nous sommes rencontrés trois fois. Freddy est vraiment quelqu’un de bien en ce sens qu’il porte un regard d’une grande sagesse sur les gens et sur la réalité quotidienne. En plus de sa passion pour la musique dite classique, pour les instruments qui composent un orchestre philharmonique, il aime et comprend profondément les jeunes à qui il dédie beaucoup de temps, avec une patience, une autorité naturelle étonnantes, pour en faire de vrais artistes.

Freddy n’est pourtant pas tout jeune, il a derrière lui plus de 40 années comme "premier violon", il a beaucoup voyagé en Amérique Latine, en Europe... Et maintenant, retraité, il ne cesse de semer la belle musique, il ne cesse de former des semeurs de belle musique. Tel que je le sens il le fera jusqu’à son dernier souffle. C’est à peine croyable comment cet homme déploie son énergie pour que la musique produite par l’Orchestre philharmonique d’El Alto soit connue dans tout le pays et aussi à l’étranger.

J’ai participé longuement à une séance de travail de tout le groupe : le respect de ces jeunes, les talents découverts, la gentillesse et la sobriété des gestes, les sons harmonieux, les rythmes joyeux ou plus agressifs parfois, ont fait monter en moi de la belle émotion, de celle dont on se souvient quand le beau vous touche. J’étais invité pour participer à un concert dans un quartier d’El Alto, je n’ai malheureusement pas pu, à mon grand regret, j’aurais pourtant aimé sentir comment le peuple, qui n’est pas forcément connaisseur, accueille la belle musique.

A plusieurs reprises, Freddy m’a recommandé de saluer et remercier "Anita". Merci Anne pour avoir découvert ce travail, l’avoir suivi, recommandé. Solidarité Bolivie peut être fier de participer un peu à la réussite de cette œuvre vraiment remarquable.