specialebolivieSPECIALE RENCONTRE FRANCE-BOLIVIE-SUISSECarteBoliive01

Le samedi 27 avril prochain l'association Solidarité Bolivie organisera une journée consacrée à la Bolivie à Annemasse. 

Echanges conviviaux, partages dexpériences, spécialités culinaires, musiques et danses.

 

  <------- Pour découvrir le programme de la journée et l'organisation cliquez sur l'affiche ci-contre.

 

ASSEMBLEE GENERALEBOLIVIEdefilemontagnesAssemblegnrale

Mardi 28 mai 2019

de 18 à 21 heures

Salle paroissiale de l'église des Bressis

1 rue du Pré Levet - Cran Gevrier - Annecy

 

Tous les membres de l'association SOLIDARITE BOLIVIE sont cordialement invités. 

Si votre participation n'est pas possible, merci de transmettre un "pouvoir" à la personne de votre choix (à imprimer dans le module ci-contre "Association").

La Bolivie ou l'histoire chaotique d'un pays en quête de son histoire

La Bolivie, qui doit son nom à l'une des plus grandes figures des guerres d'indépendance du début du XIXe siècle, le Libertador Simon Bolivar, est officiellement née le 6 août 1825, après trois siècles de colonisation espagnole. Ce pays fort méconnu et qui, sans doute plus que d'autres, nourrit toutes sortes de poncifs et d'a priori - les Indiens, l'altitude, les lamas, la coca, les coups d'Etat... -, n'en possède pas moins l'une des histoires les plus complexes et les plus surprenantes du continent. De toute l'Amérique latine, la Bolivie est en effet le seul pays qui ait participé à trois guerres internationales - guerre du Pacifique (1879-1883), guerre de l'Acre (1901-1903), guerre du Chaco (1932-1935) - et qui se soit vu amputé de près de la moitié de son territoire en a peine plus d'un siècle d'existence... sans oublier que le troisième de ces conflits a causé la mort de 50 000 hommes, soit un nombre de victimes quasiment égal en proportion à celui qu'avait connu la France lors de la première guerre mondiale. Pays pauvre parmi les plus pauvres malgré la richesse de son sous-sol, la Bolivie a néanmoins vu surgir certaines des plus grandes fortunes mondiales, comme celle de Simon Patino - le " Roi de l'étain " -, dans la première moitié du XXe siècle, alors que le pays s'enlisait dans la pauvreté, l'injustice sociale et l'instabilité politique. Ainsi, loin de chercher à conforter les lecteurs dans les clichés habituels, cet ouvrage se propose de retracer la complexité d'une Histoire qui s'est souvent faite au détriment de la population et des intérêts du pays, comme en témoigne une littérature également fort méconnue, qui prend cette réalité comme point de départ afin de la dénoncer, puis de la réinterpréter, pour ne pas dire la réinventer.